Photographie en-tête : Yann Kervran

- Les chausses poilues : histo ou disco? -

Par Ours

Présentation

     Le personnage présenté ici est un acteur de charivari, ancêtre de nos manifestations et occasion de se défouler en se moquant des institutions. Ce genre de défilé était composé de personnages tous plus grotesques les uns que les autres, avançant à grand bruit de par les rues ou demeurant sur place si quelque malheureux était l’objet de leur colère. A ne pas confondre avec la Fête des Fous, celle-ci prenant place à date fixe, le charivari pouvait survenir n’importe quand, pourvu qu’il y ait quelque chose contre quoi protester.

     Le costume que vous pouvez voir ci-dessus est un regroupement de plusieurs détails présents sur une illustration du Roman de Fauvel (début du XIVème siècle), à ce jour la plus ancienne représentation d’un charivari connue.

Les chausses

     Le costume en lui-même est "traditionnel", constitué d'une chemise et de braies en lin blanc, d'une cotte courte, d'une aumusse et de chausses sans pied en lin figurant un écartelé or et sable, avec des rayures sur la manche droite et la chausse gauche. Les poils des chausses ont été obtenus en cousant des couches de lin qui se superposent et en les détramant. Cette approche est discutable du point de vue de la quantité de tissu utilisé mais s'est avéré relativement simple à mettre en oeuvre. Il eût été plus rapide d'utiliser une peau de bête, mais cela n'a pas semblé judicieux du point de vue du prix des fourrures à l'époque. De plus, quelle peau utiliser ? Et l'effet n'aurait pas été le même (longueur des poils à convenance, sans parler de la couleur).

     En outre, il est amusant de retrouver cette technique plus tardivement, dans la description que nous a laissé Jean Froissart de noces organisées par Charles VI et pendant lesquelles est survenu le tristement célèbre "Bal des Ardents". Le chroniqueur décrit ainsi "six cottes de toile et mettre à part dedans une chambre, et porter et semer sus délié lin, et les cottes couvertes de délié lin en forme et couleur de cheveux.", ou encore, un peu plus loin et plus explicitement : "Et en ce moment vint le roi de France, (...) tout appareillé comme homme sauvage, et couvert de poil de lin aussi délié comme cheveux du chef jusques au pied."

Le masque

     Le masque a été sculpté dans du bois de basse essence (sapin), en privilégiant la simplicité au confort: les trous des yeux sont petits et correspondent à la pupille de l'œil, la coupe est vive et anguleuse. Les cheveux et la barbe sont constitués de fils de lin détramé sur les chausses (pas de pertes :p), et des liens de cuir permettent de maintenir le tout en place.

Et pour finir...

     Ce costume, bien que d'utilisation exceptionnelle (en théorie), est un vrai plaisir à porter du fait de son caractère festif ! La réaction du public n'est jamais mitigée, quelques-uns ont peur, d'autres s'esclaffent... et rien que cela justifie largement son emploi. J'espère que cet article vous aura donné envie de vous grimer à votre tour, et pourquoi pas, de faire revivre le charivari!

Bibliographie et remerciements



Commentaires

Aucune entrée disponible
Veuillez entrer le code.
* Champs obligatoires